Dans le département

Foire de Bordeaux : s’informer avant d’acheter

Mai 2018
Les bénévoles et salariés de l’Union Départementale Gironde de la CLCV et des Unions locales se sont rendus à la Foire internationale de Bordeaux
qui a eu lieu du 12 au 21 mai 2018 au Parc des expositions de Bordeaux. L’objectif de cette action était de distribuer le passeport foire pour sensibiliser les consommateurs sur leurs droits lorsqu’ils achètent dans une foire. Sur deux jours, ces derniers ont reçu gratuitement à l’entrée de la foire le passeport et ont pu échanger avec les représentants de l’association.

Cette distribution a également été l’occasion de vérifier si les affiches obligatoires informant le consommateur sur le droit de rétractation étaient présentes. Le bilan est mitigé : il faut noter qu’en majorité, les professionnels ayant leur stand ont joué le jeu en affichant l’information que les consommateurs n’ont pas de délai de rétractation pour les achats dans une foire. Toutefois, nous avons noté qu’un effort supplémentaire doit être fait sur l’emplacement de ces affiches. En effet, souvent, elle était présente sur des côtés du stand où le client n’est pas installé pour signer les devis ou bon de commande. Or, c’est devant ces emplacements réservés à la rédaction des documents que devraient être affichées ces informations.

Salons « Vivons » : les droits des consommateurs sont-ils respectés ?

Novembre 2017
Les bénévoles et salariés de l’Union Départementale Gironde de la CLCV et des Unions locales se sont rendus sur le salon « Les salons vivons »

Ce salon se déroulait du 1er au 5 novembre 2017 au Parc des expositions de Bordeaux. Il était divisé en 6 thèmes : «Vivons Noël», «Vivons Maison», «Vivons Art», «Vivons Camping-car», «Vivons Auto» et «Vivons 100% Sport». Ils ont enquêté sur l’obligation, qui incombe aux professionnels, d’informer le consommateur qu’il ne possède pas de droit de rétraction en cas d’achat (sans crédit) dans une foire ou un salon.

Un passeport foire pour les visiteurs 

En effet, ces derniers doivent afficher de manière lisible sur un panneau et dans leurs offres de contrat que «le consommateur ne bénéficie pas d’un droit de rétractation pour un achat effectué dans une foire ou dans un salon». Cette enquête, effectuée sur deux jours, a débuté par une distribution, aux visiteurs, d’un «Passeport Foire». Ce document, édité par la CLCV, informe le consommateur des règles applicables si un achat est effectué dans une foire. Elle a été poursuivie par un contrôle visuel des stands (pour vérifier que les affiches étaient présentes sur les stands) et par des mises en situation d’achat pour connaître le discours des commerciaux tout en contrôlant les documents contractuels fournis au consommateur.

Une seule porte montrait l’affiche

Le droit de rétractation, sur les billets gratuits des seniors proposés le jeudi, était mentionné de manière moins lisible et dans une police plus petite que les autres billets. A l’entrée des portes du salon, les enquêteurs ont noté qu’une seule porte possédait l’affiche, signalant au consommateur qu’il ne peut pas exercer, sur le salon, son droit de rétractation. De plus, certains professionnels ont joué le jeu en affichant sur leur stand (par plusieurs affiches) que le consommateur n’a pas de droit de rétractation dans une foire. Les vendeurs confirmaient cette information, lors des échanges avec les enquêteurs anonymes, et apportaient des précisions : ce droit réapparaît en cas de souscription d’un crédit, et il est de quatorze jours.

Certains professionnels ont été plus « maladroits » dans l’exercice de cette obligation.

Si certains stands possédaient les affiches, elles étaient placées dans des endroits inappropriés ou étaient, malencontreusement, «oubliées» dans les vestiaires des stands. Pour l’information verbale par les commerciaux de ces stands, elle était transmise après de multiples questions guidées dans ce sens. Les enquêteurs ont également constaté que l’effet obligatoire des devis signés était minimisé par les professionnels, alors que les conséquences pour le consommateur mal informé peuvent être désastreuses sur le plan financier.

De telles enquêtes sont régulièrement effectuées par les équipes travaillant au sein de l’Union départementale de la Gironde. Elles resteront actives car aujourd’hui encore ils ont constaté que des efforts restent à faire sur la sensibilisation des consommateurs dans l’exercice de leur droit de rétractation.

Défauts dans les réacteurs du Blayais : cela nous concerne

Février 2017
Commission environnement
blayaisAprès avoir obtenu l’extension du périmètre de sécurité (20 km au lieu de 10), les sept associations (CLCV 33, Défense des sites et habitants de Haute Gironde, Estuaire pour tous, Greenpeace, Nature Environnement 17, Saintonge Boisée Vivante, Sepanso) interpellent ce mois-ci les autorités suite à la présentation par l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) devant la Commission Locale d’information Nucléaire (CLIN), de sérieux problèmes qui concernent la Centrale du Blayais. Des écarts de fabrication sont constatés sur différents réacteurs français.  Ils concernent notamment les générateurs de vapeur contenus dans le coeur du réacteur 1 du Blayais qui alimentent la turbine (pas moins de 11 défauts sont relevés).

De plus, une fissure (défaut de sous revêtement) est détectée dans le coeur du réacteur 2. Même si EDF la surveille, cela confirme bien les mauvaises conditions de fabrication des cuves utilisées en France et la responsabilité d’EDF et d’Areva. Face au caractère inacceptable de ces pratiques, les associations enjoignent les autorités à ce que les réacteurs du Blayais ne dépassent pas leur 35e anniversaire sous peine de risque grave.

Besoin d’aide pour résoudre un litige ?
Contactez l’union locale la plus proche ou appelez le 05 56 90 74 74