Mées – Dax

Permanence à la Bibliothèque-Médiathèque
87 rue des Ecoles – 40990 Mées

sur rendez-vous : 06 44 02 83 15
par mail : aquitaine@clcv.org

 

Landes : elle se bat pour que le consommateur soit respecté

A LA UNE LANDES MÉES 

Publié le 28/05/2018 à 15h45 par Vanessa Gaillard.

Marie Couloume travaille depuis Mées, où elle aura bientôt un bureau dans la bibliothèque communale.

PHILIPPE SALVAT

AVANT-PREMIÈRE

La CLCV, association de défense des droits des consommateurs, n’avait plus d’antenne dans le département depuis deux ans. Elle vient d’ouvrir une permanence à Mées.

« Tout le monde se fait un peu avoir un jour ou l’autre. Après, c’est réagir qui compte. »Sylvain Gassiès est trésorier de l’union régionale CLCV (Consommation, logement, cadre de vie) Nouvelle-Aquitaine. Il prête main-forte à Marie Couloume.

Cette Méessoise, désormais à la retraite, assure, depuis peu, une permanence de l’association de défense des consommateurs (1). Elle aura bientôt un bureau à disposition, dans la bibliothèque communale. Où elle recevra tous ceux qui solliciteront son aide.

Un problème avec votre fournisseur Internet ? Avec votre opérateur téléphonique ? Avec votre voisin ? L’appareil que vous avez acheté ne fonctionne pas ? Un colis vous a été livré en mauvais état… ou en retard ? On ne vous a pas restitué le dépôt de garantie lorsque vous avez quitté votre location ? « Ne restez pas seul et démuni », conseille la CLCV : Marie Couloume peut assister ceux qui le lui demandent dans la résolution de ces conflits.

La rédaction vous conseille

·         Détournement de fonds au Comité des fêtes de Soustons (40) : l’épilogue de l’affaire ce lundi

·         Thomas Dufau torée à Madrid ce lundi soir : les fans au soutien du Landais à Las Ventas

« Désamorcer les problèmes »

Une bonne nouvelle pour les consommateurs landais. Ils peuvent, bien entendu, continuer de se tourner vers l’UFC-Que choisir (2). Mais maintenant, ils ont de nouveau le choix. Cela faisait deux ans que l’autre grosse association de défense des droits des consommateurs, à savoir la CLCV, n’avait plus de permanence dans les Landes. En cause : un manque de bénévoles. « Un problème de recrutement (3), résume Sylvain Gassiès. Le problème, c’est que souvent, les jeunes, on a des difficultés à les accrocher. Et avec les retraités, ça marche bien pendant une dizaine d’années. Mais ils vieillissent et arrêtent. »

« Nous ne sommes pas des professionnels du droit. Mais nous écoutons. Et mettons en forme. On aide les consommateurs mécontents à rédiger leurs courriers. »Sylvain Gassiès

« Notre intervention permet de désamorcer les problèmes », complète Marie Couloume. « Parce que l’idée, c’est d’essayer de trouver des solutions à l’amiable, en évitant d’aller au conflit ou en justice. Il vaut mieux un bon compromis dans lequel tout le monde s’y retrouve! », met en avant Sylvain Gassiès.

Les conflits à résoudre sont à l’image de notre société. Ils évoluent. Sylvain Gassiès se souvient d’un temps, pas si lointain, où la CLCV recevait énormément de sollicitations pour des panneaux solaires : « Il y avait beaucoup de malfaçons, de fuites d’eau ou une rentabilité bien moindre que celle promise. Maintenant, ça s’est un peu lissé. Mais il y en a encore… »

« J’aime bien batailler »

« On avance beaucoup sur la protection du consommateur. »

Le développement de la vente en ligne sur Internet a apporté son lot de désagréments. Notamment la non livraison de colis. Ou avec du retard. Ou dans un mauvais état. Et de conseiller: « Quand vous achetez, il faut lire les conditions générales de vente. Regarder si la société est en France, ou pas. Parce que le droit espagnol ou belge n’est pas tout à fait le même. Le problème de garantie est plus compliqué quand les entreprises sont à l’étranger. Quand elles sont en France, on arrive, la plupart du temps, à trouver une solution. » Concernant les problèmes de téléphonie, « ça s’est amélioré: les opérateurs ont fait des progrès », reconnaît Sylvain Gassiès. Marie Couloume acquiesce : « On avance beaucoup sur la protection du consommateur. »

Et la jeune retraitée d’admettre : « J’aime bien batailler. Mais de façon positive. » Ce n’est donc pas surprenant qu’aujourd’hui, alors qu’elle dispose de davantage de temps libre, elle souhaite se battre pour « que le consommateur soit respecté ». Marie Couloume veut « être un peu le poil à gratter, l’empêcheur de tourner en rond ». D’ailleurs, elle a dans le collimateur une grande surface dacquoise. Où à deux reprises, au rayon libre-service de la boucherie, elle a trouvé de la viande, sous emballage, qui affichait un poids (et donc un prix) bien supérieur à la réalité : 1 kilo sur l’étiquette, 500 grammes sur la balance du rayon fruits et légumes ; 500 grammes sur l’étiquette, 300 grammes sur la balance du rayon fruits et légumes. Était-ce une simple erreur, en toute bonne foi, ou de la tromperie ? Marie Couloume s’interroge. Mais elle a bien l’intention de mener l’enquête. Un vrai poil à gratter. Elle a prévenu.

(1) Pour prendre rendez-vous : 06 44 02 83 15.

(2) L’association est installée à la Maison René-Lucbernet, à Mont-de-Marsan, où elle reçoit les lundis, mardis, mercredis et vendredis de 14 à 17 heures (tél. 05 58 05 92 88). Elle tient une permanence à Dax, au CCAS, les deuxième et quatrième mardis de chaque mois, de 9 à 12 heures, exceptés jours fériés et congés scolaires.

(3) Pour devenir bénévole, envoyer un mail à aquitaine@clcv.org

Le chiffre

30 000 : il s’agit du nombre d’adhérents à l’association CLCV en France. Présente dans plus de 70 départements, y compris en Outre-Mer, elle s’appuie sur 300 associations locales.

Article du journal Sud-Ouest, paru le 28 Mai 2018...